Association  Nationale   des  Scouts  Français   Anciens  Combattants

Vos suggestions et propositions...

CONTACTEZ - NOUS

Vos suggestions et propositions...

CONTACTEZ - NOUS :

C

Meutrthe et Moselle

54

Nancy
Briey, Lunéville, Toul

Carte : Plan d'accès Via Michelin

Nancy (54000) angle Place de la Gendarmerie et Rue des Cordeliers :

Statue du Maréchal Lyautey

Cliquez pour agrandir


La Statue du Maréchal

------

Cliquez pour agrandir


150ème anniversaire de la
naissance du Maréchal

Outre ses titres prestigieux de Maréchal de France, de 1er résident de France au Maroc, d'académicien, etc..., le Maréchal  était, depuis 1912, membre du Comité de patronage des E.D.F.
Il
a été le premier fédérateur du scoutisme français, en acceptant en 1925, d'en être Président d'Honneur ... à la condition que toutes les Associations puissent en faire partie.

Il ne se limita pas à une présidence honorifique, mais  participa activement à de nombreuses manifestations et accueillit également beaucoup d' unités scoutes  dans sa propriété de THOREY.

Il disait :
"Il n'y a pas d'objet qui me tienne plus à coeur que de les voir marcher la main dans la main , les yeux fixés sur le but le plus digne d'enflammer les coeurs et de tremper les volontés : la sauvegarde et la grandeur de notre France bien-aimée".

Ses dernières paroles furent  :

        " Dites aux scouts que je les aime ! "

Cliquez pour agrandir


La Sortie des Drapeaux

------

Cliquez pour agrandir

Au pied de la Statue

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________

Carte : Plan d'accès Via Michelin

Nancy (54000) Rue Raugraff :

Plaque :

 

 

Modeste plaque apposée sur une maison de la Rue Raugraff, pour évoquer la tragique raffle de 300 jeunes nancéiens, pour compenser l'absence à la gare de Nancy, de 300 réfrataires au Service du Travail Obligatoire (STO).

Certains étaient de jeunes scouts plein de vie et de projets, comme

Hubert Sarrazin

Il était l'incarnation même du "Bonheur d'être Scout". Mort à Mauthausen, pour lui le crématoire fût la délivrance d'un calvaire innomable.

photo prise en 1941
lors d'un camp clandestin
de la XII ème Nancy

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________

Carte : Plan d'accès Via Michelin

Thorey-Lyautey (54115) au Château :

C'était au temps où un Maréchal de France attendait "ses scouts"
pour les accueillir, sur les marches du perron de son château...

Lyautey

Le Maréchal Lyautey avec la 1ère Nancy en 1932...

           ...  depuis le château abrite le  Musée National du Scoutisme

Adresse : Rue du Château, 54115 Thorey
      Téléphone : 03 83 25 12 12
         E mail :    chateau-lyautey@wanadoo.fr
Croix Meykiechel

Copyright © 2007 Association nationale Maréchal Lyautey

Le château de Thorey-Lyautey se visite avec tous les souvenirs de la carrière prestigieuse du Maréchal. Grâce au Réseau Baden-Powell, une aile abrite un musée du scoutisme, rappelant que le Maréchal Lyautey fut pendant ses dernières années Président d'Honneur de tout le Scoutisme Français.

Le Réseau Baden Powell, en accord avec l'Association Nationale Maréchal Lyautey, a installé au premier étage du château, un Musée du Scoutisme, inauguré le 6 juillet 1986. Il comprend plusieurs salles qui s'enrichissent chaque année et des expositions relatives à des souvenirs, des uniformes, des insignes, des témoignages, des affiches, des étendards, des maquettes, etc...

 


Carte : Plan d'accès Via Michelin

Bainville sur Madon (54000) Maison (des SGDF) Roland Pierre :

Centre de Documentation et d'Archives de LORRAINE

Centre de formation, fondé par Daniel Petit, à qui l'on peut s'adresser pour prendre rendez-vous :

D.P. : 16, rue de Serre, 54000 Nancy
Tél. : 03 83 37 27 68 ~ E-mail :daniel.f.petit@orange.fr

Le Responsable actuel est le délégué territorial
des Scouts et Guides de France.

Ce Centre est ouvert pour divers stages organisés par le territoire et sur rendez-vous pour les chercheurs. Il comprend une bibliothèque de près de 2 500 ouvrages, 160 collections (photographies et diapositives), 185 ateliers de formation, plus de 2 000 insignes et badges, près de 4 500 revues, etc...

Il possède également du matériel pour exposition (panneaux, maquettes, mannequins en uniforme, fanions, etc...) pouvant être prêtés.

 

A l'Oratoire Saint François du Centre :

 

CROIX SCOUTE GUIDE AINEE

Magnifique Croix Scoute, en bois

 



Cliquez pour entrer...!

 

 

 

 

 

A quelques dizaines de mètres, de la Maison des Scouts et Guides de Lorraine :

Place d'Armes du Centre Commando Capitaine Barrès.


Cap.Barres

 

Petit fils de Maurice Barrès, Scout de France à Neuilly, il intègre l'Ecole des Cadets des Forces Françaises Libres à Ribbesford, parachuté sur la France en 1944, il se distingue lors des combats de la Libération et en Allemagne, puis en Indochine, en Corée et enfin en Algérie où il est mortellement blessé le 26 mai 1959 dans le Djebel Harraba. Il était commandeur de la Légion d'Honneur. Plusieurs promotions (Cherchell, E.O.R. et E.S.M.I.A.) ont reçu son nom.


Carte : Plan d'accès Via Michelin

Jolivet (54300) :

Croix des Scouts

Bien que située à proximité et se ressemblant,
il ne s'agit pas du même calvaire que ci-dessous...!

St Nicolas, de Sampigny
 

Carte : Plan d'accès Via Michelin

Sionviller (54300) sur la crête dite "Cote 309" : à 200 m de la D.160 vers Croismare :

Cliquez pour agrandir

 

Calvaire portant une croix scoute
en forêt de Parroyn
(à proximité de Lunéville)

là où est mort accidentellement
à 15 ans
le 8 Février 1948
Louis Meykiechel,
chef de patrouille de l'Hirondelle
(SdF de Lunéville)


Musson   2006

voir aussi la Croix de l'église de Sionviller

Cliquez pour agrandir

Musson   2006


Cliquez pour agrandir

Musson   2006

Carte : Plan d'accès Via Michelin

Pont à Mousson (54700) Centre des Sports :

Sculpture commémorative
offertes par les scouts, à l'occasion du 19ème Jamboree mondial ~ Chili 1999

Cliquez pour agrandir


Insigne du Jamboree

------

Cliquez pour agrandir

Quelques responsables

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir


Le Maire de Pont à Mousson

------

Cliquez pour agrandir


         Carte : Plan d'accès Via Michelin

Forêt de Haye (54) 5km à l'WSW de Nancy :

Croix Meykiechel

Vierge de Chaligny
une simple niche d'une cinquantaine de centimètres à peine


Fixée très haut sur le fût d'un arbre centenaire, à la croisée de chemins, au coeur d'un des plus beaux massifs forestiers de France : la Forêt de Haye. Le passant l'ignore tant elle se fait discrète dans le feuillage. C'est à ses pieds, sous sa protection, que nombre de Routiers firent leur "départ", dès le début des années 30.

La Vierge de Chaligny est le haut-lieu par excellence pour les "R~S" de Lorraine. Les mots forts du cérémonial du "Départ" qui s'y attachent sont paroles d'Espérance et de Vie, comme ceux de "L'appel de la Route" qui accompagnent le Routier qui s'éloigne seul au coeur des ténèbres.

Itinéraire : de Villiers les Nancy, prendre la D 92 (route de Maron) jusqu'àu carrefour entre l'avenue Paul Muller et la route forestière de la Haute Borne. Prendre complètement à gauche le chemin forestier (et non la route forestière de la Haute Borne) sur 2 km jusqu'au carrefour avec la route Charlemagne. La Vierge est à 12 mètres de haut sur le tronc d'un arbre. 

                                                           

Egalement en Forêt de Haye (54) :

(carrefour Guironski)

Calvaire

érigé par la XIIème NANCY ,

à la mémoire du jeune scout :

Michel THIRIET

mort accidentellement
le 29 janvier 1944,


Meuse

55

Bar-le-Duc

Commercy, Verdun

Carte : Plan d'accès Via Michelin

Verdun  (55100) Ossuaire de Douaumont (à l'entrée, dans la première alvéole de droite) :

Pierre gravée

portant une inscription des Eclaireurs de France

Si l'on sait de façon indiscutable que de nombreux éclaireurs, issus de mouvements créés bien avant la Grande Guerre, sont tombés au Champ d'Honneur, on ignore la raison de cette mention égyptienne.

Qui pourra nous renseigner ?

Douaumont EDF


Carte : Plan d'accès Via Michelin
Euville (55200) 42 rue Jeanne d'Arc - face à la mairie :

Facade du Foyer Rural d'Euville

 

Facade du Foyer Rural d'Euville

 

 

 

 

Insigne scout gravé (en 1957) sur la facade du foyer rural

Plaque à la mémoire de l'abbé Hablot dans l'église


Dès son arrivée à la paroisse, le Père Hablot recrute les premiers scouts (16 août 1951), base de la troupe 1e Euville " Notre-Dame de Jévaux " qui sera affiliée et recevra son étendard lors d'une belle cérémonie devant la mairie, le dimanche 24 avril 1955.

Le premier CT sera Yvan Laclide, suivi par Michel Metzelard, Jean-Pierre Bégin, André Bertrand, René Maillard et Daniel Haué. La plus grande partie de la jeunesse du village vivra à l'heure scoute pendant près de 20 ans. La troupe donnera à l'Église un prêtre : le Père André Vannière, curé de Stenay.

L'abbé Hablot cherche un local pour abriter les réunions des scouts et louveteaux. Devant la mairie, une vieille maison appartenant à Gaston Deville est en vente : il l'acquiert et, au printemps 1957, lance la reconstruction complète de la façade telle qu'on la voit aujourd'hui et ornée d'une croix scoute due aux talents de Robert Hanet et de Marcel Commerçon (décédé en 1992).

C'est aussi à l'abbé Hablot que l'on doit la fondation, en 1964, d'un autre local pour ses scouts, le " Ranch Armstrong ", disparu ajourd'hui.

(Bulletin paroissial " Antenne " d'avril 2002)

Renseignements aimablement fournis par MM. Charles Deville,
René Maillard, Michel Metzelard père, Alain Payeur.


Carte : Plan d'accès Via Michelin
Sampigny (55300) près de Saint-Mihiel :

Statue scoute
(oeuvre de l'abbé Marcel Monflier )

Dans l'église paroissiale de Sampigny se trouve une émouvante statue de Saint Nicolas avec les trois enfants …vêtus en scouts ! Cette œuvre insigne résume le passage de l'abbé Monflier dans ce village dont il fut le curé jusqu'en 1941.

Issu d'une famille athée, Marcel Monflier reçoit l'appel du sacerdoce à l'occasion d'une grave blessure au visage subie dans les tranchées en 1918. Malgré l'opposition de sa famille, il rentre au séminaire et est ordonné prêtre. Nommé curé de Sampigny, il y implante le scoutisme juste avant la Seconde Guerre (vers 1938-1939 semble-t-il).

Parallèlement, ce pasteur éclairé prend l'initiative de remplacer les vieilles statues de son église par de nouvelles, taillées en pierre, et affichant un style qui tranchait avec la mode " Saint-Sulpice " qui prévalait encore.

Cette statue du saint patron de la Lorraine avec les trois enfants lui donne l'idée d'immortaliser le scoutisme naissant du village : le visage de saint Nicolas portera donc ses propres traits, les enfants ceux de trois de ses scouts, à savoir Gilbert Dumanoir (aujourd'hui décédé), Marc Poissennot et Roland Moriot. Cette statue originale a du être réalisée vers l'année 1939.

St Nicolas, de Sampigny

 


Carte : Plan d'accès Via Michelin
Bonzée en Woëvre (55160) :

Plaque sur l'église, avec insigne scout

pour Jean Bernier

 

 

Il fit sa promesse et pris son départ Routier
dans un camp de prisonniers en Allemagne,
avant d'y décéder.

 

Plaque Jean Bernier

Extraits du livre 100 Scouts morts pour la France ( p.47-51) :

Jean Bernier n'est pas encore scout quand il part pour Verdun (le 12 septembre 1938), à l'âge de 18 ans, venant de s'engager pour trois ans au IVe régiment des tirailleurs marocains. Mais il applique déjà le premier principe des S.D.F. (" Le scout est fier de sa foi et lui soumet toute sa vie "). Dès le premier dimanche, il se rend à la messe avec un camarade. Mais à son retour, il est pris violemment à part
 "Oui, je suis catholique et pratiquant, je suis fier de ma foi. Ces principes, mes parents me les ont donnés, je leur en suis reconnaissant. Rien, jamais, ne me fera abdiquer ! "
Cela suffit : son sourire, sa franchise, sa bonté et sa serviabilité feront le reste, lui attirant la sympathie de tous. Dès le plus jeune âge, dira sa sœur, il trouvait toujours " le mot qui console ou rassure, la parole qui remonte le moral ".
Cependant la guerre est déclarée. C'est la submersion de la Belgique, puis Dunkerque par où Jean se trouve évacué. Il revient en France pour se faire prendre comme prisonnier. Il est emmené au Stalag IV G de Godesberg au sujet duquel il écrit : " Chez nous, les cochons eux-mêmes sont mieux traités. " Puis les prisonniers de guerre sont transformés en travailleurs civils à la suite des bombardements répétés de la ville de Cologne : c'est le kommando 624 où il impose aux Allemands le respect des Français.

Au kommando 624
C'est là, fin 1940, qu'il rencontre le scoutisme à travers un groupe de catholiques animé par Roland Gallais et Louis Courrier. Ce groupe militant qui organise des cercles d'études a même obtenu la présence d'un aumônier, l'abbé basque Harignordequy, qui arrive le 5 mai 1941. Au kommando 624, l'action des catholiques s'impose. Certains groupes ou cellules subversives se trouvent contrées par ces militants formés, qui portent la contradiction mais aussi l'exemple partout. L'assistance à la messe passe rapidement de 150 à 400 et 450. Les activités (cercles, clan, chorale, orchestre...) se multiplient.

Jean veut être scout. Il fait sa promesse le 6 septembre 1941 devant une assistance émue, qui sent combien son engagement est profond. Dans cette promesse, écrit-il, je voudrais garder et découvrir de plus en plus le vrai devoir de catholique, prêt à servir dans les rangs de ceux qui se donnent... Je me suis lancé dans la voie du scoutisme pour apprendre à mieux aimer et servir Dieu. "
Jean Bernier
Promesse derrière les barbelés

Promesse derrière les barbelés

Mais en décembre 1941 le groupe essaime. Et l'aumônier appelle Jean à ses côtés pour animer le nouveau groupe dont l'apostolat doit rayonner dans les autres kommandos et jusqu'en France. Jean lance alors un immense réseau spirituel qui relie la France métropolitaine à celle des barbelés, alimenté par de nombreuses lettres indirectes qui échappent à la censure allemande. Tous les quinze jours, un rapport part du kommando 624 vers les autres kommandos, près de 30 pages ! Il établit des contacts avec les requis pour le service du travail obligatoire. Tout cela, toujours caché aux yeux des Allemands.
Les épreuves néanmoins s'alourdissent. Louis Courrier, son chef scout, meurt après lui avoir donné cette consigne qui deviendra sa devise : " Jean, que ta route monte toujours plus haut, dans le chemin du service, vers le Seigneur. "
Le 3 octobre 1943, en la fête de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, il reçoit deux promesses scoutes après la messe. Mais il reçoit aussi l'appel divin. Il écrit à ses parents :
" J'ai décidé qu'après la guerre, je rentrerai au séminaire. Je remercie le Seigneur de m'avoir accordé une telle grâce et je lui demande de vous aider à accepter cette décision. "
En dépit d'une tâche vraiment surhumaine, il commence à apprendre le latin. Son programme de vie journalière est dans la prière scoute qu'il récite chaque jour avec son ami René Loubet à l'usine : " Seigneur Jésus, apprenez-nous... à travailler sans chercher le repos... "
C'est avec une hardiesse, un courage, et un dévouement sans bornes, qu'il fait évader de nombreux camarades, fabriquant de faux papiers, fournissant des vivres, des vêtements, des cartes. Il cache aussi des fugitifs.

De la prison à Dachau

Le 6 août 1944, il est conduit à la prison centrale de Cologne. Il est interrogé et roué de coups pendant plus de dix heures. Interrogé notamment sur son activité scoute interdite par les Allemands. Heureusement il a pu communier avant son départ grâce au père Hari, " le meilleur ami de ma vie ", avait-il dit à ses parents. Pendant huit jours, il sera traité aussi ignoblement. Le soir, il fait prier dans toutes les cellules.

" Je sais aussi qu'il faudra souffrir, avait-il écrit dans une lettre à Rolland Gallais, mais le Christ a permis qu'on lui crache au visage, pour racheter les fautes commises. Dans les moments durs, n'avons-nous pas l'exemple des apôtres, qui se jetaient aux pieds du Divin Maître, parce qu'ils le croyaient très fort et très bon. Nous ferons de même et en voyant ses plaies, nous ne pourrons que redoubler d'énergie, et avoir honte de notre lâcheté. "

Il est finalement évacué. C'est la débâcle allemande. Pas d'eau durant deux jours, jeûne complet pendant quatre jours et quatre nuits jusqu'à Buchenwald. La dysenterie se déclare. Jean se dévoue auprès de ses camarades, allégeant leurs souffrances. Puis c'est le convoi de la mort jusqu'à Dachau : 1 200 grammes de pain et quelques pommes de terre du 7 au 28 avril. Tout prisonnier qui ne peut suivre est assassiné : 150 cervelles sautent ! Jean est épuisé. La toux le déchire. Ses pieds et sa main droite sont quasiment gelés.

Le 29 avril, le camp est enfin libéré. Mais Jean refuse d'être évacué avant les autres, car son état est tel qu'on veut l'emmener tout de suite : "Non, dit-il, il y en a ici qui sont plus malades que moi. Je ne sortirai que lorsque le dernier homme aura été évacué". A l'hôpital d'Emmendingen, dans la Forêt Noire, ses forces l'abandonnent. Seule l'Eucharistie le nourrit. Il fait dicter pour ses parents cette lettre :

" Ce que je vous demande de toutes mes forces, c'est de ne pas vous alarmer à mon sujet. Vous savez bien que ce que le Bon Dieu fait, il le fait bien... Mais il faut garder confiance et beaucoup prier, surtout faire prier les petits, car Dieu écoute toujours les prières des petits enfants. "

Ses parents arrivent. Spectacle dramatique. Le 16 juin 1945, il meurt calme et tranquille. Comme pour Joël Anglès d'Auriac, de Toulon (voir livre 100 Scouts morts pour la France p.17-19), sa cause en béatification a été introduite à Rome.


Carte :Plan d'accès Via Michelin
Burey en Vaux (55140) à 5 km au sud de Vaucouleurs :

St Nicolas, de Sampigny

Deux bannières Métalliques 

sur le porche d'entrée du Patronage
" La Grande Jeanne "

l'une est frappée de la croix de Lorraine,
et l'autre de la croix scoute.

 


Carte :Plan d'accès Via Michelin
Rupt aux Nonains (55170) : (20 Km au SSE de Bar-Le-Duc)

Rupt

Calvaire

surplombe le village de 70 mètres
et offre une vue panoramique sur la vallée de la Saulx.

Cette croix fut érigée en 1937

à l'initiative de 3 scouts de France

et grâce à la générosité des habitants.

 

Moselle

57

Metz

Boulay-Moselle, Château-Salins, Forbach, Sarrebourg, Sarreguemines, Thionville

Carte : Plan d'accès Via Michelin

Metz (57000) : Général de Maud'huy

Plaque sur maison natale
7-9 Rue de la Tête d'Or (Carte :Plan d'accès Via Michelin)

 

Place Maud'huy

face au Lycée Georges de-La-Tour(Carte : Plan d'accès Via Michelin)

 

Tombe (primitive)

au Cimetière de l'Est (Carte :Plan d'accès Via Michelin)

 

 

Tombe

Carte :Plan d'accès Via Michelin

Saint Quirin (57560) :                         Chapelle Notre Dame de Lohr

Cliquez pour agrandir


Cliquez pour agrandir

 

Cliquez pour agrandir

C'est un ancien aumônier SUF et Scout d'Europe qui a fait aménager cette chapelle « perdue dans le massif des Vosges ». Sur le mur de la chapelle a été posée une croix scoute en pierre. Ce site accueillant régulièrement des camps scouts, on retrouve une petite collection de foulards, visible dans l'ancien ermitage.

L'autel a été rajouté en 2002. Il provient d'une ancienne chapelle saint Catherine de Saint-Sauveur (54), où les premières messes de la FSE Sarrebourg ont été dites (du temps de Jean Charles de Coligny, créateur de la FSE Sarrebourg et plus tard Commissaire National Route et Eclaireur de la FSE) .

Calvaire

fabriqué par la troupe FSE de Sarrebourg pour un défi du grand jeu national 99.

Il y est gravé devant "fraternité scoute" et derrière "FSE SARREBOURG". A l'intérieur du socle a été scellée une petite boite avec les insignes FSE et SUF ainsi qu'un parchemin racontant l'histoire de ce calvaire.

Cliquez pour agrandir


Cliquez pour agrandir

 

Cliquez pour agrandir

 


Carte : Plan d'accès Via Michelin

Angevillers (57440) : Eglise paroissiale Saint Michel

 

 

Beau Vitrail Scout

 

 

Vosges

88

Épinal

Neufchâteau, Saint-Dié

Carte : Plan d'accès Via Michelin

Gérardmer (88400) Observatoire de Mérelle (au sommet du Phény ) :

Tour en bois

construite par une troupe Scouts de France,

elle donne une vue imprenable sur le lac et la vallée.

Cette tour est référencée
par le syndicat d'initiative de Gérardmer.


 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Carte :Plan d'accès Via Michelin

Saint-Nabord (88200) 3 km nord Remiremont :    Local SdFperché sur un piton dominant la voie expresse.


La "CartoScout" continue à s'enrichir de la contributions de chacun, au profit de tous !

n'hésitez pas à signaler vos découvertes en cours d'installation...

Contactez-nous :

N.B : un tirage papier ne peut rendre compte de la richesse offerte par les liens hypertextes de ces page (plans d'accès, navigation avec cartes, etc...)