L' A C C I D E N T ...



Louis MEYKIECHEL au JAMBOREE de MOISSON était CP de L’Hirondelle, je vous livre Ia lettre de son Aumônier, l'année suivante au Q.G :

" La famille scoute vient de perdre à la 1ère LUNEVILLE un jeune chef de patrouille de l5 ans, Louis MEYRTECHEL, CP de I'Hirondelle, blessé mortellement le 8 février 1948, par l'explosion d'un obus antichar sur lequel, en toute ignorance, la patrouille faisait la cuisine. L'accident eut lieu près de SIONVILLER, non loin de la forêt de PARROY, là où aucune trace de guerre ne semblait subsister.

La troupe faisait un grand jeu de signalisation, les 4 patrouilles dispersées sur le terrain vallonné. Le C.P. revenait, mission remplie, prendre son repas avec ses garçons et se sécher prés du feu, car il pleuvait depuis le matin . L'engin éclata, faucha littéralement Louis avec trois garçons, commotionnant un cinquième. Trois autres présents dont un Assistant, furent miraculeusement préservés.

L'Assistant, aidé des survivants, fut magnifique de sang-froid et d’habileté pour parer aux premiers soins, dont trois garrots qui sauvèrent des vies. Quant aux 5 blessés, ils montrèrent un calme et une générosité devant le danger, vraiment scouts.

Le CT et un autre ACT accourus, purent constater avec émotion et s'employer avec rapidité et méthode, à réclamer à LUNEVILLE les ambulances nécessaires. Les secours furent rapidement organisés puisque l'accident survenu vers 13 h 30, les blessés étaient à 15 h 30 sur la table d'opération.

Hélas, le CP Louis MEYKIECHEL mourait le soir du dimanche, après deux transfusions inutiles.

Louis, jeune CP depuis octobre 1947, dominant petit à petit ses tendances d'enfant, conquérant doucement l'estime et l'affection de ses garçons, se donnait corps et âme à son rôle de grand frère, le regard clair et souriant. Profondément chrétien de par l'attrait de son cœur et de par sa famille, il est rentré, simplement, doucement, à la Maison du Père, confirme un enfant très pur qui " monte vers le ciel " suivant la devise de L'Hirondelle.

Prions pour eux !

Ce récit serait hélas commun à ceux de beaucoup de drames vécus dans cette France qui venait d'être Ie théâtre des rudes combats de la libération, si nous ne l'accompagnions des dernières paroles et pensées qui figurent au verso de I'image mortuaire de ce garçon de 15 ans et une générosité devant le danger, vraiment scouts.

 

___________________________________________________


Documentation extraite de :

L'HISTORIQUE du GROUPE Saint Loup - 1ère LUNEVILLE

(tome 2 /3) - François MATTE

reprise par :

le 1er article d'une série pour "Scoutisme et Collections"

intitulé "CREDIBILITE DU SCOUTISME" .